jeudi 17 mai 2018

Marc Eemans, Jean Thiriart & Günter Maschke : trois inspirateurs contradictoires ?


Marc Eemans, Jean Thiriart & Günter Maschke : trois inspirateurs contradictoires ?

Par Robert Steuckers

Question posée par l’animateur de l’Ecole des Cadres de Synergies Européennes à Liège :

Q.: Dans les entretiens que vous avez accordés récemment à Monika Berchvok (http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2018/05/08/m... ) et à Thierry Durolle ( http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2018/04/18/e... ), vous répondez à des questions spécifiques, vous demandant de préciser la dette que vous estimez avoir à l’endroit de quelques-uns de vos aînés, à savoir Marc Eemans (1907-1998), Jean Thiriart (1922-1992) et Günter Maschke (né en 1943). Ces personnalités, marginalisées par l’inculture dominante, ont des cartes d’identité idéologiques très différentes. Comment faites-vous la synthèse entre des positions qui furent les leurs et qui sont hétérogènes et contradictoires (du moins en apparence) ?

R.: En effet, les trois hommes recouvrent presque l’entièreté du spectre politico-idéologique et métapolitique du 20ème siècle, car les avant-gardes de gauche, les diverses conjugaisons du communisme, les idéologies quiritaires d’Allemagne et d’Italie entre 1920 et 1945, l’opposition extra-parlementaire allemande des années 1967-68 ont animé ces hommes à titre divers : ils les ont abordés, dans leur jeunesse, sous des angles différents. Leurs itinéraires, leurs maturations et leurs changements apparents de cap méritent toute l’attention du politiste, à l’heure actuelle, nous allons le voir. 

Marc Eemans vient du dadaïsme et du surréalisme, a exploré le monde des traditions, parfois en pionnier avec sa revue Hermès (entre 1933 et 1939), a dirigé le Centro Studi Evoliani de Bruxelles à la fin de sa vie, qu’il a passée dans les milieux artistiques d’avant-garde. Jean Thiriart est opticien et optométriste de formation ; son regard sur les choses est « technomorphe » ; les traditions de sa famille sont laïcardes et hostiles au cléricalisme qui maintenait solidement ses ouailles sous sa coupe en Belgique avant-guerre et encore dans l’immédiat après-guerre. Sa vision du politique est pragmatique (il disait « matérialiste ») et la qualifiait aussi de « machiavélienne ». Il entendait recréer une « physique du politique », dérivant d’une certaine interprétation mécanique de la pensée de Thomas Hobbes, exprimée dans le Léviathan. Pour lui, l’Etat-Léviathan permet de tirer les masses hors du marais de la trivialité. Il avait horreur de l’indiscipline qu’il prêtait à tous les littéraires. 


 Marc Eemans dans son atelier de la Rue de la Longue Haie à Ixelles.

Günter Maschke est un Revoluzzer allemand, finalement assez typique. Issu d’une famille thuringienne, qui avait adopté l’orphelin de guerre qu’il était, il est séduit par l’idéologie révolutionnaire des gauches marxistes et communisantes, non pas parce qu’elles offrent des appareils conceptuels rigides mais parce qu’elles servent de prétexte pour « foutre le boxon » dans le monde bourgeois dont il aime toujours à se moquer. Il aura une carrière haute en couleurs de pré-soixante-huitard mais virera sa cuti après avoir découvert l’œuvre de Carl Schmitt, d’abord via sa théorie du partisan, qui a, il faut le rappeler, quelques connotations maoïstes car, à l’époque, les personnalités issues d’une forme ou d’une autre de catholicisme, ou qui avaient abandonné fraîchement leurs déterminations propres aux classes rurales, avaient été davantage fascinées par Mao plutôt que par la version soviétique du communisme d’inspiration marxiste. 


Photo: Günter Maschke en 2015.

Maschke, comme la plupart des agitateurs allemands des années 1967 et 1968 en Allemagne et en Autriche, ne persévèrera pas dans la veine ethno-masochiste du soixante-huitardisme désormais institutionnalisé, ne s’enlisera pas dans la volonté fébrile et frénétique d’amorcer une « longue marche à travers les institutions » pour détruire de fond en comble les fondements mêmes de ces institutions. Chez eux, ce sera la veine anti-impérialiste qui prendra le dessus, si bien qu’en fin de compte les marottes du sociétal rencontreront leur incompréhension et leur désapprobation (car elles sont foncièrement impolitiques). Ils n’opèreront pas le virage « néocon » des trotskystes américains de la Côte Est et ne se solidariseront pas avec leur bellicisme outrancier depuis les événements de Yougoslavie et d’Irak. De même, tous les travers du sociétal suscitent leurs moqueries.

Le dénominateur commun à ces trois hommes se trouve, me semble-t-il, dans une approche, superficielle ou rigoureuse (dans le cas de Maschke), de Carl Schmitt. Ce sont les œuvres de ce juriste rhénan, ou plutôt ses concepts de combat, qui permettent, et me permettent, d’opérer entre ces trois personnalités, leurs itinéraires idiosyncratiques, leurs réflexions, leurs travaux, un travail de convergence.

Marc Eemans était lié d’amitié avec le principal des disciples et exégètes de Carl Schmitt en Flandre, le Professeur Piet Tommissen, qui, plus tard, deviendra un ami intime de Günter Maschke. Piet Tommissen explique dans ses mémoires, publiées à compte d’auteur (cf. https://robertsteuckers.blogspot.be/2011/10/piet-tommisse... & https://robertsteuckers.blogspot.be/2011/11/adieu-au-prof... ) que son intérêt de jeunesse pour les avant-gardes artistiques et littéraires était partagé par Carl Schmitt dont, il faut le rappeler, l’un des plus enthousiastes admirateurs était l’ex-dadaïste et ex-surréaliste allemand Hugo Ball, reconverti au catholicisme (de forme romaine) dès 1920. Le lien entre Schmitt et l’espace des avant-gardes est dès lors évident : il est tout naturel qu’une passerelle existe entre ce monde purement artistique et littéraire et les thèses sur l’essence du politique, formulées par Schmitt et son disciple alsacien Julien Freund. 


Marc Eemans et Piet Tommissen dans les années 1970.

Par ailleurs, l’européisme de Carl Schmitt et la volonté d’Evola de replonger l’Europe dans une sphère politique impériale et romaine (païenne ou catholique) se rejoignent. L’idée schmittienne de « grand espace » (Grossraum) (1) et l’européisme pragmatique et géopolitique de Jean Thiriart se rejoignent pareillement. Et le glissement de Maschke, parti d’une opposition extra-parlementaire gauchiste, hostile à la « Grande Coalition » entre sociaux-démocrates et démocrates-chrétiens pour aboutir dans une immersion totale et passionnée dans l’œuvre de Carl Schmitt, permet de concilier provocations de type dadaïste ou situationniste, d’une part, et immersion dans la tradition, vaste espace intellectuel qui va de Donoso Cortès à Julius Evola, d’autre part, sans oublier la volonté schmittienne de retrouver la forme romaine dans un « grand espace » européen hostile à l’américanisme.

Tous ces ingrédients se retrouvent à des degrés divers chez les personnalités que vous évoquez dans votre question : Eemans restait totalement étranger aux séductions de l’américanisme, pensait l’excellence européenne en termes impériaux traditionnels, notamment en valorisant la figure de l’Empereur Frédéric II Hohenstaufen. Thiriart admirait cet Empereur et sa politique méditerranéenne, entendait restaurer une « forme romaine » (non catholique en ce qui le concerne) en dépit du laïcisme assez tranché, hérité de son milieu familial, et partageait la notion schmittienne du politique et son hostilité aux immixtions américaines sur le Vieux Continent, hostilité que Maschke combinera aisément avec l’anti-impérialisme de ses amis de jeunesse. Maschke connait les avant-gardes, manie ironie cinglante, assénée à coups de marteau, même s’il ne se déclare pas nietzschéen, cultive un art de la provocation que l’on peut définir comme post-dadaïste, voit une Europe certes sous hegemon germanique mais animée par une pensée politique hispanique ou italienne, moins naïve que celle du « Deutscher Michel », du plouc allemand replié sur lui-même, sur son ego narcissique, ou du Biedermeier bourgeois, esthète et impolitique, tous deux mentalement mutilé par le protestantisme. 


Jean Thiriart.

L’ensemble de ces influences couvre un spectre idéologique d’une très grande amplitude, mêlant l’hyperpolitisme (Schmitt et Thiriart) aux fondements de la tradition (Evola et Eemans), permettant de cimenter, dans le concret et dans l’esprit, de vastes espaces impériaux et civilisationnels (Evola et Schmitt), tout en autorisant les tenants de cet hyperpolitisme et de ce traditionalisme (bien conçu et non replié sur des dadas impolitiques, énoncés sur un mode insupportablement pubertaire) à déverser des sarcasmes dignes des dadaïstes sur ceux qui, d’une manière ou d’une autre, entendent pratiquer le politicide (2) dissolvant ou subvertir et éradiquer le mos majorum (Maschke et le jeune Evola).

En tablant sur ce faisceau d’influences, il faut souligner les convergences entre pensées fortes (3) et ne pas mettre systématiquement en exergue les divergences qui existent entre elles, car, dans ce cas, on empêche l’éclosion de mouvements réellement alternatifs, permettant de se débarrasser des pratiques concussionnaires, impolitiques et conduisant au politicide que mettent toujours en œuvre, inlassablement, les démocrates-chrétiens, les sociaux-démocrates et les libéraux. Leurs pratiques, fustigées par l’opposition extra-parlementaire de Rudi Dutschke, ont mené l’Europe à l’impasse dangereuse dans laquelle elle végète et marine aujourd’hui. L’intention qui vise à favoriser les convergences et les synergies correspond à une idée de Carl Schmitt, celle de la coïncidentia oppositorum, vertu éminemment politique qu’il attribuait à l’Eglise, société idéale, dans la phase la plus catholique de son œuvre, dans les années 1920. Il faut, de fait, faire coïncider toutes les divergences qui ont animé ces hommes au cours de leur existence.

La proposition toute récente de former un gouvernement en Italie entre le « mouvement cinq étoiles » et la Ligue est sans doute la première manifestation importante, capable de faire masse dans une Europe qui a chaviré dans la trivialité, et d’amorcer un processus graduel de sortie hors de la fange antipolitique conventionnelle, qui ne donnera plus aucun fruit tant ses arbres démocrates-chrétiens, sociaux-démocrates ou libéraux sont gangrénés jusqu’aux plus infimes de leurs radicelles. L’Italie avait sur tous les autres pays européens une fameuse longueur d’avance dans le processus de maturation intellectuelle et politique que nous appelons de nos vœux. Car, là-bas, de Milan à la Sicile, Schmitt et Evola sont présents dans tous les débats au quotidien. En Europe, il faut constituer des avant-gardes de même nature, portées par le projet liguiste de Gianfranco Miglio, aujourd’hui décédé et disciple insigne de Carl Schmitt et par la stratégie ironique, mise au point rigoureusement par Beppe Grillo, mêlant ironie caustique des avant-gardes, stratégie gramscienne et pirandellienne du théâtre des rues. Nous avons là tous les ingrédients brassés jadis, d’une manière ou d’une autre, par les trois hommes que vous mettez en avant dans votre question. Au travail !

Notes :
  • (1) L’idée schmittienne du Grossraum a été étudiée à fond par le juriste alsacien Jean-Louis Feuerbach, et remarquée par un disciple de Schmitt, également spécialiste de Vilfredo Pareto, idole de Thiriart et objet de la thèse de doctorat de Piet Tommissen, feu Helmut Quaritsch.
  • (2) Le terme de « politicide » a été forgé par le politologue néerlandais Luk De Middelaar, spécialiste des questions françaises. De Middelaar voyait l’origine de cette destruction systématique du politique dans les cercles sartriens des années 1950 et 1960, préludes du soixante-huitardisme proprement dit.
  • (3) Nous reprenons l’idée de « pensée forte » au philosophe italien Gianni Vattimo qui leur opposait un jeu d’antidotes qu’il baptisait « pensée faible ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire